28 janvier 1997

Ô Seigneur,
donne-moi Ta Force
pour proclamer Ta Parole avec ferveur.
Tant attendent anxieusement
d’entendre Ta Parole aimante
et de L’écouter en silence, assoiffés.

Que Tes Paroles, une à une,
tombent sur eux goutte à goutte
pour les rafraîchir.
Regarde comme ils sont
dans Tes assemblées, bouche bée,
comme pour attraper
les dernières averses de l’année.
À cause de Ton grand Amour,
que Ta pluie tombe sur les contrées
où personne ne vit
et fais d’une terre stérile des jardins.
Donne à boire aux terres désolées,
faisant pousser l’herbe
là où tout était sec.

Viens, avec Ton allure Seigneuriale
exaspérer les cœurs orgueilleux.
Viens renverser de Ton Sceptre royal
les hautains de leur trône
et exalter les humbles, les doux,
puis jette-moi dans la tempête
car ma confiance en Toi est complète,
ainsi que mon espérance de salut.
Je ne crains aucun mal : à côté de moi,
Ta Présence Seigneuriale est là,
me chantant des ballades
sur Tes Triomphes.

Et tandis que Tu ris,
Ton rire sonnant comme des torrents
qui jaillissent,
Tu m’élèves sur Tes Ailes
pour chevaucher les cieux
et être seule avec Toi
afin que Tu me murmures
les secrets de la Sagesse.

Mon Gardien et mon Délice,
Tu me donnes plus de joie à mon cœur
que n’en n’ont jamais connu les autres,
avec tous les trésors
et les Royaumes du monde.

Joie de mon cœur,
montre-nous à tous
la Lumière de Ta Sainte Face !

Ma fille, Je te donne Mes bénédictions et Ma paix ;

Je ferai des choses merveilleuses car Je vais puiser l’eau des sources de Mon Cœur, et vos faces fiévreuses seront rafraîchies ; Je serai votre ombre contre la chaleur de cette tempête où vous êtes ; Je vais venir, Ma fille, dans Mon allure Seigneuriale et Ma magnificence, renverser les fiers de cœur et, parce que J’ai placé Mon trône en toi, Ma fille, tu ne seras pas mutilée dans cette tempête ; ton Bien-Aimé te portera sur Ses Ailes pour chevaucher les cieux tout en déversant sur toi comme la pluie les paroles de Sagesse de Mon Cœur 1 ;

et maintenant, ton Gardien et ton délice te demande de te pencher sur Son Cœur… ah ! Ma bien-aimée, qu’est-ce qui te fait fuir Mon invitation ? Je suis ton Créateur et J’ai le droit de t’inviter 2 à te reposer en Moi après nos labeurs, n’est-ce pas ? ta bouche a continuellement proclamé la Vérité dans toutes Mes assemblées et de tes lèvres sont venus la louange et l’honneur pour Moi ton Dieu ; tes yeux ne se sont jamais détournés de Ma Présence mais ont observé Mes voies ; puisses-tu être bénie de rendre ton Créateur si heureux !

puis, au son de Mon Nom, ton oreille s’est ouverte et chaque mot venant de Ma Bouche a été entendu comme une mélodie en toi ; comme mille choristes chantant leurs hymnes, ainsi Ma Parole était entendue dans ton cœur lorsque tu as ouvert ton oreille pour recevoir Mes psaumes les plus doux ; en Me prêtant ton oreille juste un petit peu, tu as reçu les proverbes de la Sagesse afin que vous tous, vous souveniez de Moi le Seigneur, dans Ma Miséricorde ; nul ne pourra dire : « Il nous a abandonnés aux crocs de l’Ennemi… »

ah !… alors Je t’ai demandé d’être généreuse et de M’offrir ton cœur comme un gage de ton amour ; prompte à être généreuse, Ma bien-aimée, tu Me l’as donné, le plaçant promptement dans Mes Mains Divines afin que Moi, à Mon tour, Je le remplisse d’amour, de ténacité et de constance ; depuis lors, J’ai juré de garder ton cœur pour Moi seul et de le garder comme la prunelle de Mon Œil ;

et tandis que Mes Yeux regardaient ce cœur frêle, J’ai dit : « de cette fragilité, Ma Parole sera entendue, proclamée à toutes les nations : “ Dieu est près de vous, Il va libérer tous ceux qui L’appellent ; et pour tous ceux qui ont soif, Il donnera de l’eau ; il aura pitié des pauvres et des faibles et Il sauvera les vies de beaucoup avant que vienne Son grand Jour ” » ;

à cause de ton offre généreuse, J’ai promis de faire de ton cœur un exultant sacrifice ; « Moi, son Créateur et son Époux 3, Je lui chanterai Mon intimité afin que ce cœur recherche uniquement Ma Sainte Face et, en l’attirant dans Mon Sacré Cœur, il repoussera tout ce qui n’est pas Moi mais il désirera et aura soif de tout ce qui est Moi » ;

ton cœur alors sera impatient de Me servir Moi ton Dieu, centrant sur Mon seul Cœur Royal toutes les affections que tu avais eues ailleurs ; oui, toutes tes dispositions, tes indispositions, tes délices, tes chagrins, tes joies, tes angoisses, tes loisirs, tes larmes, tout, oui, tout sera offert à Mon Cœur comme on offre au bien-aimé un bouquet de roses ; c’est à quoi J’aspire de chacun de vous du plus profond de Mon Cœur ;

ayant alors dirigé ton cœur dans le Mien, Je savais que dans cette intimité, Je trouverais Mon réconfort et Mon délice ; pour réjouir ton âme, Je ne te cacherais aucun de Mes secrets ; Mes Mains dans lesquelles tu as placé ton cœur sont sensibles et compatissantes, Ma bien-aimée, alors, n’aie pas peur… 4 étends tes mains vers le Sanctuaire 5

Je t’ai donné une paire de mains que J’ai baisées et ointes d’une bénédiction afin qu’elles retirent les épines encerclant Mon Cœur ; Je les ai bénies afin qu’elles ne se fatiguent pas d’écrire et restent liées aux Miennes pour toute l’éternité ; Je les ai ointes afin qu’à la fin de la cérémonie 6, ces mains placent sur Ma Tête une couronne de gloire ; n’as-tu pas lu : “ l’œuvre des mains adroites recevra des louanges ” 7 ; que puis-Je te donner en retour, Ma choisie, pour tous les milles que tu as faits avec Moi et pour toutes les heures où tes pieds t’ont porté à cause de Moi dans Mes assemblées ?

Pour ma faim,
Tu m’as donné le pain 8 du Ciel.
Pour ma soif,
Tu m’as offert l’eau vivante
jaillissant de Ta Poitrine.

Tu as été bienveillant et aimant pour moi,
abondant en bonté
et Tu ne m’as jamais abandonnée.

J’ai grandi dans Tes Cours
où Tu as courtisé mon âme
et tout ce que j’ai obtenu est venu de Toi.
Tu as parlé cœur à cœur avec moi
et Tu m’as permis de Te posséder
et, comme une lampe brillant
au-dessus de ma tête,
Tu as éclairé mon chemin
pour me montrer quelle voie
je devais prendre.

Béni sois-Tu mon Seigneur et mon Dieu,
de toujours à toujours.
C’est Toi qui m’as pourvue ;
pourquoi devrais-je avoir l’honneur
de recevoir quelque chose en retour
de Tes propres actions ?

C’est vrai, Je t’ai pourvue de tout, mais les fruits de tes labeurs ont touché Mon Cœur ; tu M’as servi volontairement et, avec ces offrandes précieuses, Je ne peux qu’être touché ; alors, laisse-Moi t’offrir une retraite et un pèlerinage dans Mon Corps…

Est-ce ce que désire Ton Sacré Cœur ?

Oui ! oui… viens, dans Mon Corps tu auras ton repos ; oublie-toi en Moi afin que tu te ressources depuis Mes Pieds, en montant 9 ; juste toi et Moi ; approche-Moi, toi qui Me désires, et ressource-toi de Moi ; Je vais t’offrir cette retraite et ce pèlerinage dans les jardins de Mon Corps ; Je vais t’accompagner partout et jusqu’à Ma chambre nuptiale de Mon Sacré Cœur où J’ai toujours conduit Mes élus pour exhaler sur eux Mes charmes comme un parfum de myrrhe de choix ; lorsqu’ils reposent leur tête sur Mon Sacré Cœur, Je les rafraîchis d’eau vivante 10 de Ma Poitrine ; et comme la concorde entre frères et sœurs, comme un mari avec sa femme qui vivent heureux ensemble, nous jouirons de la présence 11 l’un de l’autre ;

viens, Ma bien-aimée ; de Mes Pieds, obtiens la force, afin que les tiens ne ressentent aucun lourd fardeau à porter ; lorsque tu marches dans les marques de Mes pas qui seront ton guide pour suivre Mes Principes, ton chemin ne sera pas caché ; lorsque tu auras ton pèlerinage dans Mes Pieds, tandis que tu marches, tu ne placeras jamais tes pieds sur le sentier des méchants, pas plus que tu ne marcheras sur le chemin où vont les mauvais ; mais Mes Pieds te conduiront à éviter et à tourner le dos à tout mal et à passer à côté ; aie ton pèlerinage dans Mes Pieds, où ils t’emmèneront marcher sur un sentier nivelé, là où toutes les voies sont rendues fermes ; tu ne tourneras ni à droite ni à gauche mais tu garderas tes pieds nets du mal et loin de t’égarer de la voie de la Vérité ;

et dans ce pèlerinage, Ma bien-aimée criera à Mes anges et à Mes saints :

« comme il est juste de L’aimer ! » ;

alors, Je t’attirerai à nouveau dans Ma chambre nuptiale pour te montrer comme Je veille sur les Miens et Je te ferai goûter Mon doux Amour…

pourquoi cette ombre sur tes yeux, Mon amour ?

Que va dire de tout cela mon propre peuple orthodoxe 12 ! Te voilà déversant de l’huile sur moi, derrière et devant les murailles de Ton Sacré Cœur, répandant Ton parfum sur moi tandis que Tu m’embrasses de Ton Bras droit. Ils ne sont pas habitués à de tels propos !

Ils s’y habitueront dès que leur âme arrivera au ciel… veux-tu que Mes Messages se répandent rapidement ?

Oui, Seigneur. Je voudrais que nul ne soit empêché d’entendre Ton Message. Je désire ce que Tu désires : je désire que chacun tende l’oreille à Tes mélodies, afin que chacun puisse dire : “ Je suis comme un fils et une fille du Très-Haut dont l’amour pour moi surpasse celui de ma mère ” 13.

Alors, viens, et sois comme une fille sensée et aie ton repos et ressource ton âme aux Sources de Mon Sacré Cœur ; n’as-tu pas entendu auparavant comme Je prends soin des Miens ? Je veux te former spirituellement dans Mon Corps et te rendre forte pour aimer sincèrement et t’apprendre le contrôle de soi ; Je suis comme une mère nourrissant et veillant sur ses enfants ; tu as besoin maintenant d’être nourrie, Ma colombe, pour obtenir la force et grandir en Mon Amour…

Je t’ai rendue responsable de délivrer Mon Hymne d’Amour à toutes les nations et tu as encore un long chemin à faire ; mais avant que tu partes à nouveau, Ma sœur, tu dois rester un moment avec ton Frère aîné pour conformer ton esprit à Sa façon de penser 14 ;

Je t’invite maintenant dans la chambre nuptiale de Mon Cœur, même si tu es troublée ou inquiète, Ma bien-aimée ; dans Mon Cœur, tu trouveras ta paix parce que Je te rappellerai que rien ne pourra jamais s’interposer entre toi et Mon Amour ; Je te révélerai Ma beauté afin que ton âme succombe à Mes charmes ; alors, dans ton ardeur à Me posséder, tu voudras t’offrir à Moi, mais Moi, J’aurais déjà scellé ton front de Mon baiser matrimonial ;

montre-Moi tes mains… puis regarde les Miennes… viens, aie ton pèlerinage dans Mes Mains ; Mes Mains ont fait beaucoup de bonnes œuvres qui ne sont pas rapportées dans le Livre 15 ; on n’a jamais connu aucun roi qui ait servi ses subordonnés comme Moi, qui suis le Roi des rois, les ai servis ; “ Divin était Mon état, cependant Je ne Me suis pas accroché à l’égalité avec Dieu mais Je Me suis vidé Moi-même pour assumer la condition d’esclave ” 16 ; Je reconnaîtrai les Miens de cette façon, lorsqu’ils se videront eux-mêmes et serviront Ma divine Volonté ;

donne-Moi tes mains, Ma Vassula, afin que J’inscrive en elles Mes Instructions et l’Œuvre de ton salut ; Je les ai ointes afin qu’à leur tour, elles puissent oindre les malades et les épuisés ; Je les ai bénies pour qu’elles M’offrent sans réserve de bonnes actions et Je les ai baisées encore et toujours pour leur donner force et continuer à arracher les âmes au Démon et à les amener à Moi ; Mes propres Mains ont formé et modelé les tiennes afin qu’elles M’offrent encens et sacrifices ; dans ce pèlerinage de Mes Mains, tu apprendras combien J’ai servi fidèlement et accompli des œuvres que nul n’a jamais faites ;

alors, Ma bien-aimée se reposera à nouveau vers Mes Sources 17 ; là, tandis que ta tête sera penchée sur Mon Cœur Royal, ta main droite tenue dans la Mienne, Je te couronnerai de Mon Amour et de Ma Tendresse, comblant ton âme de consolation, te rénovant comme un aigle ; Je te rafraîchirai afin que tes années ne décroissent pas comme une ombre ; et, tandis que jamais Mon regard ne te quitterait, Se délectant d’aimer celle qui M’aime, Se souvenant de tous ces instants où tu te divertissais toujours en Ma Présence, et d’autres instants encore, lorsque mue par l’Esprit, tu Nous criais : « Abba ! », Je M’assurerais que tu continuerais à Me donner une attention et un amour indivis ;

dans Mon désir d’être aimé, Je te garderai captive de Mon Cœur et comme un gardien posté sur une tour, Je veillerai contre tout intrus ; Je te garderai, Mon amour, comme la pupille de Mon Œil… et toi, dans ton délice, remarquant Mon ardeur à te garder pour Moi-Même, tu courrais te cacher à l’ombre de Mes ailes, comme les poussins courant se cacher sous les ailes de leur mère ; tu te tapirais dans Ma chaleur et Je te garderais dans la chaleur de Mon Cœur ;

alors, une fois de plus, à nouveau, Moi et toi, nous sortirions ; Je te prendrai dans le jardin de Ma Bouche ; là tu auras ton pèlerinage et tu apprendras, dans ce pèlerinage, combien Je peux être éperdu lorsque vos bouches qui Me reçoivent 18, infectent votre esprit et votre âme par des paroles empoisonnées les uns sur les autres ; apprends de Ma Bouche la Vérité et proclame uniquement la Vérité partout ; alors, que ta bouche M’honore, Me louant nuit et jour ; que ta bouche Me chante, Me sourie, qu’elle sonne comme un million de mélodies à Mes Oreilles, comme le plus doux psaume du psalmiste ; que ta bouche soit comme une épée à double tranchant pour abattre les hérésies et les traîtres dans Mon Église ; mais parmi tous ceux qui ont soif de Moi, que ta bouche soit Mon écho et comme un vin doux, enseignant à chacun comment gagner Mon amitié ;

de Ma Bouche, tu apprendras, Ma colombe, des Instructions pour parler comme Je voudrais que tu parles et exprimer des pensées en accord avec Mes pensées ; alors, tu transmettras sans réserve ces enseignements aux autres ; puis, à nouveau, comme une colombe qui se glisse dans son abri pour prendre son repos, Je t’appellerais pour te reposer dans la chambre nuptiale de Mon Cœur, tandis que Mon regard attentif serait à la recherche de tes yeux.

Mon Seigneur,
Tu veilles sur moi
comme personne d’autre.
Tu es mon Trésor Inestimable
et rien ni personne au monde ne me donne
autant de joie que Toi.
Un seul regard de Toi
et mon esprit brûle comme un feu
et mon cœur fond comme cire.
Un seul regard de Toi
et mon âme est ravie
par la profondeur de Ton Amour.
Ton regard, mon Très Saint,
est comme un chant de noces royal.
Il est comme le parfum d’un bouquet de lys,
porté à moi par la brise.
Ton regard est comme une citadelle
avec des tours d’ivoire partout…

Fille-du-Roi 19, tu vois comme ton Roi attend de prendre Sa joie en toi ? ton Dieu t’a ointe avec Ses Lèvres ; Mes Lèvres sont moites de grâce et Mes Lèvres te chanteront des cantiques de salut afin que nous les répétions ensemble aux fils royaux et aux filles royales 20 du Roi, afin qu’ils puissent également apprendre à Nous 21 donner l’honneur et la juste louange ;

alors… les jours des vertus 22 fleuriront, comblant les cieux et la terre de Notre Gloire 23 ; Ma sœur ! que ton Frère aîné te porte maintenant pour que tu aies ton pèlerinage dans Ses Yeux, afin que ton âme puisse contempler la parfaite lumière, la principale lampe du corps ; J’avais dit que la lampe de votre corps est l’œil et que si votre œil est sain, votre corps tout entier serait comblé de lumière mais que si votre œil est malade, votre corps tout entier ne serait que ténèbres ; prenez garde alors que la lumière en vous ne soit pas obscurité, de peur que vous soyez instruits au mal et que vous ne le sachiez pas ; le vent tempétueux lui-même est invisible et, lorsque le mal opère, il œuvre dans l’obscurité pour passer inaperçu…

Mes Yeux ont vu beaucoup de choses semblables ; pour cela, priez en disant :

« ô Seigneur de toute sainteté,
préserve pour toujours
de toute profanation
Tes sanctuaires 24 en purifiant
dans Ton Sang Sacrificiel
leur être intérieur
des actions mortelles ;
amen ; »

ne permets pas à tes yeux de se reposer sur quelque inconduite mais élève-les au ciel et Je te montrerai la lumière de Ma Sainteté trine pour que tu contemples chaque minute de ta vie Notre Face qui sera tournée vers toi ;

entre dans Mes Yeux 25 afin que tu voies les choses de la manière que Je les vois ; ne pense pas que Je vais te cacher ces visions terrifiantes qui amènent dans Mes Yeux des Larmes de Sang ; puisque Je t’ai amenée à vivre une vraie vie en Moi, Je vais te montrer ces abominations afin que tu pries plus ; dans Mon Corps vit la plénitude de la divinité et cependant beaucoup des Miens Me persécutent à cause de Ma divinité ; utilise Mes Propres Yeux 26 pour lire Ma Parole, pour établir en toi la perfection qui vient à travers la foi en Moi ; parle maintenant à Mon Cœur, Ma choisie…

Que puis-je dire ?
De quoi puis-je parler à Ton Cœur ?
C’est Toi qui m’estimes hors de prix ;
c’est Toi qui as guéri mes yeux 27 ;
mon Parfait,
ce fut Toi qui m’as parlé de Ta fidélité.
Ce fut Toi qui m’as menée
Toi-même à Tes Cours Royales
pour que j’y marche librement.

Combien Je désirais te compter parmi les Miens et te donner Mon Corps 28… Je voulais tant guérir ta déloyauté et te compter comme l’une de Mes épouses… Mon brûlant désir était de te faire connaître Moi-même de la façon la plus intime et te montrer le Vrai Dieu, le Dieu vivant, le Roi éternel ;

29 « que ce monde ne réduise pas Mon lys au silence ; que leurs conspirations ne l’affectent pas ni ne touchent son âme mais que Mes psaumes continuent à être pour elle et pour tous ceux qui les entendent comme un chant nuptial afin qu’ils puissent connaître le Vrai Dieu Trine qui est Père de Tout » ;

maintenant, Mon lys, Je vais te donner une raison constante pour que tu dises :

« mon Seigneur est grand ! »

maintenant, tu peux venir dans la chambre nuptiale de Mon Cœur 30 ;

n’as-tu pas lu : “ joie pour tous ceux qui s’abritent en Moi ; cris de joie sans fin ” 31 et “ ma joie consiste à être proche de Dieu ” 32; alors, viens à Moi ; l’Époux t’invite ; toi qui veilles sur Ma Propre Vigne, viens prospérer en Ma Présence et tu loueras Mon Amour par dessus tout ; et, à nouveau, à la vue de la splendeur de Mon Sacré Cœur, ton cœur succombera à Mes charmes, se souvenant comme un écho de Mon apparition dans ton enfance 33, lorsque J’exerçais tous Mes charmes pour t’attirer à Moi ; et tandis que Je t’attirais à Moi, Ma citadelle, J’ai dit : « Je rafraîchirai Ma citadelle avec le fleuve de Mon Cœur et Je sanctifierai cette citadelle pour empêcher Ma demeure de tomber»; et ton Roi a exhalé sur toi Son Souffle comme un parfum délicat ; alors, sans plus attendre, J’ai imprimé Ma Sainte Face sur la tienne, Face contre face, scellées pour l’éternité ;

arrête-toi un instant à réfléchir à ces paroles… puissent Mes paroles te faire plaisir…

Tu es maintenant mon Maître
et ainsi, je m’incline devant Toi.
Enseigne-moi ce qui Te plaît
afin que tout ce que je ferai
Te soit acceptable.
Mes raisonnements sont incertains
et cette citadelle que Tu appelles
est faite de boue,
et cela alourdit l’harmonie 34.
Tu dis, mon Roi,
que Tu as imprimé
Ton Image sur la mienne.

Oui 35 ; et ce faisant, J’ai alors posé un baiser sur ces lèvres qui deviendraient Mon Écho et proclameraient la Vérité, pour les former à chanter Mon Nom et dire :

« chantez au Prince-de-la-Paix,
chantez à l’Immortel,
au Dieu Tout-Puissant ;
ouvrez vos cœurs et laissez-les
être consumés
par Son Amour jaloux ;
chantez au Seigneur et Roi,
et exultez à Sa venue » ;

viens ; que maintenant tes yeux, Ma bien-aimée, jouissent des insondables trésors de Mon Cœur ; alors, le Tout-Puissant te portera pour que tu aies ton pèlerinage dans Mes Oreilles… tu apprendras à écouter et à comprendre de judicieux proverbes, Mon amour ; si tu tends l’oreille, tu apprendras de la Sagesse et tu auras soif de tout discours venant de Moi ; tu apprendras dans le jardin de Mes Oreilles combien Mes Oreilles sont ouvertes à tous ceux qui M’invoquent sincèrement et viennent à Moi 36 en pureté de cœur, se repentant à haute voix comme un livre des lamentations retentissant, insistant sur leur misère, leur indignité, et sur combien ils M’ont fait défaut ; à cette clameur, Mon cœur bondit de Sa place ; cette clameur de contrition les mènera à Mes Cours ;

afin que tes oreilles écoutent Ma Voix, tu devras abaisser ta voix ; viens apprendre combien Je réponds et Je libère les misérables et les pauvres qui M’appellent ; appelle-Moi et Mes Oreilles entendront ton appel et Je viendrai te sauver ; J’entendrai ton appel : Mes Oreilles sont sensibles; et toi, comme créature, ne sois pas insensible ou sourde aux appels des nécessiteux mais ouvre tes oreilles à leur appel; alors, ne leur fronce pas les sourcils mais ouvre-leur ta main ; ne sais-tu pas combien Je frissonne lorsqu’un appel est fait et que Mes créatures ne prêtent pas l’oreille ni ne répondent aux suppliants ? Mon Sacré Cœur Me fait mal dans Ma Poitrine ;

dans le jardin de Mes Oreilles, tu apprendras combien depuis Son Trône ton Dieu regarde les fils et les filles des hommes, Se penchant vers eux, Son Oreille collée à leurs lèvres ; et toi qui as vu des milliers de myriades d’anges environnant Mon Glorieux Trône 37, dis-leur :

« venez écouter : j’ai été instruite par le Très Saint pour vous dire ce qu’Il a fait pour moi : lorsque je Lui ai lancé mon cri de métanoïa 38 et que de hautes louanges étaient sur ma langue, si j’avais été encore coupable dans mon cœur après ma métanoïa, le Seigneur ne m’aurait jamais entendue ; mais Dieu non seulement m’a entendue, mais Il a écouté mon appel et a répondu à ma prière ; béni soit Dieu, trine dans Sa Sainteté, qui n’a pas ignoré ma prière ni ne m’a privée de Son Amour » ;

c’est ce que tu vas leur 39 dire; maintenant viens, entre dans ta Demeure permanente, la chambre nuptiale de Mon Cœur où ton Roi attend de Se réjouir en toi et toi en Lui ;

viens, Mon ange et Mon épouse, J’ai hâte de te revêtir de Mon Nom avec Ma Présence même ; ton vêtement sera Moi car Je suis tout ; en Mon Corps vit la plénitude de la Divinité ; alors, en Moi, tu trouveras ton accomplissement ; Je t’aurai cachée en Moi et, de cette manière, lorsque le Temps viendra, Je te présenterai au Père ;

Je suis ton doux parfum, Vassula, et Je veux que tu sois comme une étoile lumineuse brillant dans l’obscurité de cette génération, la parfumant de Mon parfum ; tu continueras à briller parce que tu offriras au monde ce qui est venu de Ma Bouche ; tu offriras à chacun la parole de Vie ; et beaucoup Me verront en toi 40, puisque Je t’ai revêtue de Mon Nom afin que tu deviennes vraiment Ma compagne ;

ton Vrai Dieu, ton Seigneur Jésus Christ t’accueille maintenant de tout cœur dans Son Sacré Cœur : ta Demeure… Je t’ai révélé Ma Domination sur toi, Ma sœur, Mienne… Ma grâce est avec toi… ic

41 … et Ma faveur te lie à Nous…

42 … et en Moi, Nous t’avons favorisée de voir ce que l’homme est incapable de voir par lui-même ; 43 Nous te donnons Notre Paix…

(Le message ci-dessus m’a été donné par intervalles nombreux. Il s’étend sur cinquante pages de cahiers manuscrits. N’oubliez pas que partout où apparaît le nom de Vassula, il faut le remplacer par votre propre nom.)


1 J’ai vu notre Seigneur et Roi alors que nous chevauchions les cieux, assis côte à côte, et Il Se penchait vers moi et couvrait ma tête avec le plus magnifique des voiles de dentelle blanche qui, dans sa blancheur, étincelait comme s’il était parsemé de diamants. Il a refermé le voile sur moi de sorte qu’on ne voyait que mon visage. J’ai compris que le voile symbolisait Ses Paroles de Sagesse qu’Il déversait sur moi, me recouvrant entièrement.